Solange et les vivants, une comédie existentielle réconfortante !

Si l’on devait résumer le film d’Ina Mihalache, Solange et les vivants, en une seule phrase, il s’agirait du cheminement de la dualité entre le corps et l’esprit d’une jeune femme face à la solitude. Le travail de l’artiste et vidéaste peut parfois sembler hermétique tant il est à la fois déconnecté et hyperconscient du monde. Il n’en ressort pas moins une œuvre réconfortante dont cet article ne pourra que partiellement transmettre l’émotion ressentie lors du visionnage.

–  Sa chaîne YouTube  –

Solange et les vivant Solange te parle affiche film

Affiche Solange et les vivants – ©Silex Films

Si l’on m’avait demandé ce que je comptais faire de ma soirée le jour du visionnage de Solange et les vivants, j’aurai sûrement répondu « je vais voir Solange », et mon interlocuteur aurait déduit que j’allais voir une amie. En effet, présente sur YouTube depuis 2011 avec sa vidéo « Solange te parle obésité » , Ina Mihalache, exhibe un personnage sensible, pour qui la vie est une chose peu naturelle, qui nécessite de lourds efforts, et qu’elle ne comprend pas toujours. Sa façon de s’exprimer, le cadrage, ou encore son peignoir serviette, tout nous fait nous sentir proche d’elle. C’est une relation d’intimité qui s’installe entre elle et nous. Solange te parle, c’est un peu un rendez-vous, un moment ou paradoxalement on écoute en se sentant écouté, c’est une parenthèse sans queue ni tête dans notre quotidien rationalisé. Abordant des sujets comme la sensibilité d’une petite cuillère, le dictât des vêtements ou encore le débat des poils pubiens, l’artiste nous ravit de ses réflexions innocentes, lucides et tirées par la crinière, qui nous font nous questionner, nous enrichir, de par la pluralité des angles abordés, et prendre avec un peu plus de recul et de légèreté le monde qui nous entoure.

Une comédie existentielle autocentrée sur ce qui a fait naître le personnage de Solange

Son film, c’est la préquelle de l’aventure sur youtube du personnage énigmatique et attachant qu’elle incarne. Il s’agit de soixante-sept minutes de déambulation et de rencontres, autour d’une jeune femme seule et aimant l’être, victime d’une lutte interne entre la détermination psychologique de vouloir le rester, et le désir corporel de ne plus l’être. Alors qu’elle travaille dans son appartement, le quotidien solitaire de Solange est interrompu par le cri strident de la sonnette, un homme pressé l’informe de l’arrivée d’un colis (en guest une poupée gonflable). Paniquée, elle demande à l’homme de partir. Elle finit par sortir, après quoi, en dehors de sa zone de confort, elle s’écroule, évanouie sur le palier. Cet évanouissement représente l’élément perturbateur du film qui amènera sa protagoniste à une succession d’étapes, elle bénéficiera de l’attention de diverses personnes qui se relaient auprès d’elle pour ne plus la laisser seule. C’est alors qu’on s’embarque dans une comédie existentielle autocentrée sur ce qui a fait naître le personnage de Solange.

Il est difficile de parler de ce film sans évoquer l’immense réconfort que l’on ressent à la suite du visionnage. La relation intime qu’elle entretient avec ses internautes est sûrement l’un des éléments essentiels qui nous met d’emblée dans une position de confident extrêmement empathique envers elle.

Solange et les vivant Solange te parle affiche film

Illustration : Chloé Saint-Denis

Le film d’auteur est relativement rare dans le paysage culturel rempli de films à gros budgets qui déferlent dans les salles de cinéma. De surcroît, le sujet traité le rend unique, celui du quotidien d’une vidéaste de Youtube alors que jamais le cinéma ne s’était intéressé à la plateforme et à ses coulisses. Le sujet du film peut paraître étrange, mais c’est sans compter sur la place particulière qu’a pris Youtube ces dernières années. A l’heure où les programmes télévisuels ne correspondent plus qu’à certaines tranches de la population, le site de partage de vidéos donne à voir une forte diversité et permet à des personnages atypiques de s’exprimer librement. Marquant ainsi sa différence avec les chaines dont on ne doit pas prononcer le nom. On retrouve alors un vrai renouveau dans la création, influencé par de nouveaux codes et nouvelles façons de communiquer.

Le film Les Dissociésrécemment sortie sur la plateforme, est un bon exemple du potentiel de qualité que peuvent produire les acteurs et vidéastes qui ont évolués sur Youtube.

On note une dernière particularité propre à ce milieu, la relation de proximité que les « youtubers » entretiennent avec leur public. Tout d’abord dans leurs vidéos (type F.A.Q., vidéos spéciales, etc), dans les commentaires de celles-ci, mais aussi sur les réseaux sociaux, lors de conventions ou de conférences, et réduisent ainsi la distance qui les sépare des internautes, phénomène absent du star system habituel.

On vous invite par tous les moyens à visionner « Solange et les vivants » : pas facile, le film n’étant diffusé qu’à de rares occasions, pour la plupart déjà passée (remercions la ponctualité des rédacteurs !), cependant, vous pourrez toujours vous consoler avec les vidéos de «Solange te parle» disponibles sur Youtube, ou encore, le livre d’Ina Mialache lui aussi nommé : Solange te parle.

Co-auteur : Chloé Saint-Denis

Julien Porras

Rédacteur et CM pour Eclectea !

Laisser un commentaire